La fabrique by Inter-Made
Bouton Facebook Bouton Twiter Bouton Linked In Bouton Linked In Bouton Mon compte
Bouton Recherche
Bouton menu

Favoriser l’accès à une offre alimentaire variée et à bas coût en QPV

par Métropole Aix-Marseille-Provence à Frais Vallon, Marseille

Alimentation et consommation
Santé
Inclusion

Contexte et enjeux


Contexte

Sur le quartier de Frais Vallon (Marseille 13ème), une force vive et solidaire d’acteur.trices locaux ont entamé une réflexion sur l’alimentation dans leur quartier et se sont mis en action autour de cette problématique. En parallèle, une réflexion a été amorcée dans le cadre du Contrat de ville, du Projet de renouvellement urbain et de concertations menées avec les acteur.trices locaux et les habitant.es.

Ce temps a permis d’identifier les quatre grands enjeux du quartier sur lesquels intervenir : le cadre de vie, l’offre de service, l’insertion socio-économique, l’enfance, les jeunes et la famille. De plus, depuis novembre 2019, une nouvelle force sur le quartier est venue s’ajouter à la réflexion via l’expérimentation Animation Territoriale Citoyenne [1] (ATC) portée par le Centre Social et la mobilisation d’un animateur territorial jusqu’à la fin de l’année 2021 [2]. L’analyse plus poussée des besoins réalisée par ce dernier, par les services de la Métropole - Politiques de la Ville et Mission de Renouvellement Urbain - ainsi que par les acteurs locaux ont ensuite mis en avant le besoin d’une offre alimentaire digne de qualité et à bas coût sur le quartier de Frais Vallon type épicerie solidaire.

Le quartier compte environ 6000 habitants et est inscrit comme étant un Quartier Politique de la Ville (QPV [3]). Selon l’INSEE, le taux de pauvreté dans le quartier s’élève à 54,6% et la part des demandeurs d’emploi sur la population totale atteint 17,3% (chiffres INSEE 2017). Le Contrat de Ville (2015-2020) met en avant une forte dynamique associative locale, dont le centre social est moteur, accompagné d’autres associations de quartier.

Quartier en Renouvellement Urbain [4], la volonté portée dans le Contrat de Ville est entre autre de faire du PRU un des vecteurs de redynamisation : il doit ainsi permettre de favoriser notamment la création de nouvelles activités destinées à satisfaire les besoins des habitant.e.s via des projets relevant de l’économie sociale et du service de proximité : projets de recyclage et circuit-court, de micro-ferme urbaine qui est à l’étude (lauréat de l’AAP Quartiers Fertiles), etc.

Besoins

Comme évoqué précédemment, le besoin d’une aide alimentaire type « épicerie solidaire » à Frais Vallon a été identifié lors d’une concertation avec le Collectif Habitat et Cadre de Vie, dans le cadre du projet Sirius mené par le bailleur social HMP avec la Métropole sur « l’amélioration du reste à vivre » des habitants. Le diagnostic fait état des difficultés économiques d’une part importante des familles de Frais Vallon, d’une offre existante ne répondant pas suffisamment à la demande en produits alimentaires variés à des prix accessibles, d’une aide alimentaire dysfonctionnelle et peu digne et du recours nécessaire à des commerçants ambulants “à la sauvette”.
Ce constat a été renforcé pendant la période récente de crise sanitaire, durant laquelle le collectif « Frais Vallon en action » a mis en place une aide alimentaire informelle auprès de 300 familles via la distribution de colis alimentaires.

La problématique est donc la suivante : comment répondre au besoin d’une offre alimentaire digne, de qualité et à un prix accessible sur le quartier ?

Les enjeux

1. Avoir accès à des produits de qualité (si possible bio et en circuits-courts) à des prix accessibles dans la dignité et le respect des personnes ;

2. La mobilisation des habitant.es afin que le projet soit en phase avec leurs réalités et leurs besoins ;

3. En lien, la question de la coordination du projet est prépondérante pour faire vivre le projet dans toutes ses composantes : le portage, la mobilisation des habitants, sa mise en œuvre au quotidien en continuant à s’appuyer le partenariat fort existant ;

4. Le financement du projet.

Opportunités

La solution à long-terme proposée au besoin s’est pour le moment orientée vers le modèle d’épicerie solidaire avec pour objectifs d’apporter sur le quartier :
• Une réponse alimentaire de qualité, variée et à bas coûts ;
• Proposer des ateliers de sensibilisation et d’échanges autour de ces questions : la nutrition/la santé/ l’activité physique, etc ;
• De travailler sur la question du cadre de vie en proposant un lieu accueillant et ouvert sur le quartier ;
• De permettre l’empowerment des bénévoles impliqués dans le projet, le développement du lien social et l’insertion professionnelle ;
• Développer au sein du quartier un « projet alimentaire » plus global : articuler différentes actions existantes, prévues ou à construire (ateliers santé/nutrition par Réseau 13, sportifs par Multi-passions, ateliers opti’courses, cuisine professionnelle, ferme urbaine, bacs potagers par Terres intérieures…).

L’un des premiers enjeux du collectif est maintenant de passer à l’action et de continuer à mobiliser les habitants. Pour se faire, la mise en place d’un groupement d’achat VRAC est l’une des premières piste de solution envisagée par le collectif.
Par la suite, il s’agira de s’interroger sur comment faire vivre une épicerie éphémère pour aller vers un projet plus global, incarné et pérenne autour d’une alimentation de qualité et accessible à toustes en QPV ?

Le diagnostic collaboratif a permis de contextualiser le défi, de mettre en avant les besoins existants, les enjeux mais aussi les différentes opportunités. Désormais, il est temps de pousser des pistes de solutions concrètes, de partager des initiatives existantes ou encore des retours d’expériences. Nous avons besoin d’apports extérieurs aussi bien pour dessiner le projet à long-terme que pour imaginer des premiers jalons à expérimenter pour passer à l’action. A vos contributions !

Etat

Analyse du besoin Idéation Prototypage Expérimentation


Le besoin social ou environnemental est en cours de qualification et fait l’objet d’un diagnostic collaboratif afin de garantir la conversion du besoin en opportunité économique.

Phase créative de production de nouvelles idées afin d’imaginer les solutions aux défis à relever. Deux modalités étroitement articulées en cours de réalisation :

  • Contribution numérique sur la plateforme.
  • Contribution physique durant des événements créatifs auxquels sont conviés les contributeurs de la plateforme.

Les idées produites sont en cours d’évaluation par l’apporteur de défis et des contributeurs experts afin de les transformer en solutions opérationnelles. Le prototype comprend la modélisation économique ainsi que la construction de storyboard d’usage pour travailler sur l’expérience usager et liguer l’ensemble des partenaires pour déployer la solution.

Le prototype est transmis à un porteur de projet, les principaux partenaires sont engagés et de solides pistes de levée de fonds effectuées. Dès lors, le prototype mis en production par des entrepreneurs sociaux vient diversifier leur modèle, permettre leur essaimage en région et/ou est créé spécifiquement pour répondre au défi lancé. Dans l’ensemble de ces cas, l’opérateur de la solution est accompagné jusqu’à la résolution du défi.


[1La Fédération des Centres sociaux de France (FCSF), le Comité National de Liaison des Régies de Quartier (CNLRQ) et Bleu Blanc Zèbre portent sur trois ans (2019-2021) une expérimentation dans quinze quartiers prioritaires, avec pour objectif d’impulser de nouvelles manières de co-construire les solutions de demain, plus collaboratives entre acteurs des territoires et plus inclusives de leurs habitants. Les solutions et modalités de collaboration mises en œuvre au cours de cette expérimentation ont vocation à inspirer d’autres territoires et à se diffuser.

[2Le COPIL ATC rassemble le Centre Social, le Conseil Citoyens, Réseau 13, la CLCV, la politique de la ville, le MRU, le Délégué du Préfèt, l’association des Terres Intérieures, l’animateur ATC, la Régie de Quartier et la Fabrique à initiatives d’Inter-Made.

[3Selon la définition de l’INSEE, la politique de la ville est une politique de cohésion urbaine et de solidarité, nationale et locale, envers les quartiers défavorisés et leurs habitants. Elle se déploie sur des territoires infra-urbains appelés « quartiers prioritaires de la politique de la ville », caractérisés par un écart de développement économique et social important avec le reste des agglomérations dans lesquelles ils sont situés.

[4Coordonnée par l’Agence nationale pour le renouvellement urbain (ANRU), le renouvellement urbain dans les quartiers de la politique de la ville (QPV) se traduit par le déploiement d’un ensemble d’opérations destinées à améliorer l’habitat, promouvoir la mixité sociale, désenclaver les quartiers et stimuler le développement économique grâce à des opérations de destruction-reconstruction, de réhabilitation et de relogement des habitants.





L‘investissement des services politique de la ville sur ce défi est essentielle pour favoriser l’émergence d’actions cohérentes et adaptées aux enjeux territoriaux du Contrat de Ville et les attentes des habitants des quartiers prioritaires.
http://www.polvillemarseille.fr/appelprojetpolitiquedelaville.htm

Les contributions

L’association VRAC (https://lyon.vrac-asso.org/)

Par Nausicaa - le 4 octobre 2021

L’association VRAC (https://lyon.vrac-asso.org/)
Vers un réseau d’achat en commun, est une association qui propose l’accès à des produits alimentaire de qualité à des prix bas grâce à la réduction des coûts intermédiaires.

Le modèle de l'association Légum'au (...)

Par Bouchy - le 4 octobre 2021

Le modèle de l'association Légum'au logis à Villeurbanne (69) peut être intéressant à regarder. Cette association a pour objectif de rendre d'avantage accessible une alimentation de bonne qualité aux habitants de son quartier. Elle porte notamment un groupe d'achat vrac et propose des paniers de légumes locaux à faibles prix.

L’épicerie Soli’Niort a d’abord vu le jour à (...)

le 27 septembre 2021

L’épicerie Soli’Niort a d’abord vu le jour à partir d’un groupement d’achat VRAC :

Au fur et à mesure de l’avancée de la réflexion autour de ce projet, il a été décidé de l’orienter vers l’ouverture d’une épicerie solidaire. Ceci allant dans le sens des innovations dans le domaine de l’aide alimentaire, le principe est de permettre l’accès à l’épicerie à des clients solidaires qui, par leurs achats et la marge qui en sera dégagée, permettront de financer des réductions pour les achats des clients bénéficiaires

(site Soli’Niort)

Nous avons utilisé la méthode d’Edward De Bono (...)

le 27 septembre 2021

Nous avons utilisé la méthode d’Edward De Bono centré autour de six chapeaux lors d’une open-fabrique avec les porteur.ses de projet de Nice autour de la problématique suivante :
"Comment faire vivre une épicerie éphémère pour aller vers un projet plus global, incarné et pérenne autour d’une alimentation de qualité et accessible en QPV ?"

Chaque chapeau représente un mode de pensée, symbolisé par une couleur. Le principe est d’utiliser ces chapeaux pour se projeter successivement dans la peau d’une personne fonctionnant selon chaque mode de pensée.

Documents joints

le 27 septembre 2021

Documents joints
Espace pour centraliser les données majeures (...)

le 24 septembre 2021

Espace pour centraliser les données majeures sur la thématique de la précarité alimentaire afin de vous aider à mieux comprendre les problématiques actuelles d’accès à l’alimentation et à changer de regard sur les réponses à apporter :

https://www.supagro.fr/PrecaAlim/?PagePrincipale

- Boîte à outils ANSA

+ Aller creuser la question de : l’indice domestique de la faim HHS

Comment influencer favorablement les approvisionne

le 24 septembre 2021

Comment influencer favorablement les approvisionnements alimentaires de personnes vivant dans des quartiers défavorisés au Nord de Marseille ?

Documents joints
Contribuer